Une image avec le hadith : Ma'n ben Yazîd (r) dit: «Je prêtai serment d'allégeance, ainsi que mon père et mon grand-père, au Messager de Dieu (ç). Celui-ci fit une demande de mariage pour moi et [on accepta] de me marier. [En une autre circonstance], je lui exposai cette affaire: mon père, Yazîd, tira quelques Dinars pour en faire une aumône; il les déposa chez un homme qui se trouvait dans la mosquée. En arrivant à la mosquée, je pris les Dinar et les portai à mon père. Il me dit: "Par Dieu! ce n'est pas toi que j'ai visé..." Sur ce, j'exposai l'affaire devant le Messager de Dieu (ç) qui dit: "O Yazîd! tu auras [une récompense] selon ton intention. Quant à toi, Ma'n, ce que tu as pris est à toi."» Hadith rapporté par Boukhari (n°1422)

Sur le cas où l’on fait l’aumône à son propre fils sans s’en rendre compte

Ma’n ben Yazîd (r) dit: «Je prêtai serment d’allégeance, ainsi que mon père et mon grand-père, au Messager de Dieu (ç). Celui-ci fit une demande de mariage pour moi et [on accepta] de me marier. [En une autre circonstance], je lui exposai cette affaire: mon père, Yazîd, tira quelques Dinars pour en faire une aumône; il les déposa chez un homme qui se trouvait dans la mosquée. En arrivant à la mosquée, je pris les Dinar et les portai à mon père. Il me dit: « Par Dieu! ce n’est pas toi que j’ai visé… » Sur ce, j’exposai l’affaire devant le Messager de Dieu (ç) qui dit: « O Yazîd! tu auras [une récompense] selon ton intention. Quant à toi, Ma’n, ce que tu as pris est à toi. »»

Hadith rapporté par Boukhari (n°1422)