Une image avec le hadith : D'après, Omar -qu’Allâh l’agrée- qui a dit : « Pendant que nous étions un jour assis chez le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam-, apparut soudain parmi nous une certaine personne portant des habits tout blancs, ayant des cheveux très noirs ; aucune trace d'un long voyage ne paraissait sur lui et aucun parmi nous ne le connaissait. Il s'avança et s'assit près du Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam-. Il appuya ses genoux contre les siens, posa les paumes de ses deux mains sur ses deux cuisses et dit : « Ô Muhammad, informe-moi sur l'Islam » « L’Islam », dit le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- : « c’est que tu témoignes qu’il est pas de dieu sinon Dieu et que Muhammad est l’Envoyé de Dieu, que tu célèbres la prière, que tu donnes l’aumône [Zakât], que tu jeûnes le mois du Ramadan et que tu fasses le pèlerinage de la Maison si tu en as la possibilité. » L'étranger : « Tu as dit la vérité. » Nous nous sommes alors étonnés de cette situation : « Il le questionne puis il l'approuve. »L'étranger : « Informe-moi sur la foi [Imâne]. » « La foi », dit-il -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- : « c’est que tu croies en Dieu, en Ses Anges, en Ses Livres, en Ses Envoyés, au Jour Dernier, et que tu croies dans le Décret [Qadar], qu’il s’agisse dans son bien ou de son mal. » L'étranger : « Tu as dis la vérité », dit-il. L'étranger : « Informe-moi sur le bel-agir », ajouta-t-il. « Que tu adores Dieu comme si tu Le voyais. Et si tu ne Le vois pas, Lui te voit. » lui répondit le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam-. L'étranger : « Informe-moi sur l'Heure (de la résurrection). » « Celui qui est interrogé n’en sait pas plus sur elle que celui qui l’interroge », lui répondit-il. L'étranger : « Informe-moi sur ses signes précurseurs. » « Quand la femme donnera naissance à sa propre maîtresse, et quand tu verras les vas-nu-pieds, les déguenillés et les gueux, gardiens de bêtes, rivaliser dans l’élévation des constructions. » Puis l'homme s'en alla. Je restais un bon bout de temps sans rien demander sur cette affaire, puis l'Envoyé de Dieu - sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- me dit : « Sais-tu qui est venu m’interroger ? » Dieu et Son Envoyé le savent mieux que moi, lui dis-je. « C’est l’Ange Gabriel. Il est venu vous apprendre votre religion.» Hadith rapporté par An Nawawi (n°2)

L’Islam, la foi, et la bienfaisance

D’après, Omar -qu’Allâh l’agrée- qui a dit : « Pendant que nous étions un jour assis chez le
Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam-, apparut soudain parmi nous une certaine personne
portant des habits tout blancs, ayant des cheveux très noirs ; aucune trace d’un long voyage ne
paraissait sur lui et aucun parmi nous ne le connaissait.
Il s’avança et s’assit près du Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam-. Il appuya ses genoux
contre les siens, posa les paumes de ses deux mains sur ses deux cuisses et dit : « Ô
Muhammad, informe-moi sur l’Islam »
« L’Islam », dit le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- : « c’est que tu témoignes qu’il
est pas de dieu sinon Dieu et que Muhammad est l’Envoyé de Dieu, que tu célèbres la
prière, que tu donnes l’aumône [Zakât], que tu jeûnes le mois du Ramadan et que tu fasses le
pèlerinage de la Maison si tu en as la possibilité. »
L’étranger : « Tu as dit la vérité. »
Nous nous sommes alors étonnés de cette situation : « Il le questionne puis il l’approuve. »L’étranger : « Informe-moi sur la foi [Imâne]. »
« La foi », dit-il -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- : « c’est que tu croies en Dieu, en Ses
Anges, en Ses Livres, en Ses Envoyés, au Jour Dernier, et que tu croies dans le Décret
[Qadar], qu’il s’agisse dans son bien ou de son mal. »
L’étranger : « Tu as dis la vérité », dit-il.
L’étranger : « Informe-moi sur le bel-agir », ajouta-t-il.
« Que tu adores Dieu comme si tu Le voyais. Et si tu ne Le vois pas, Lui te voit. » lui
répondit le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam-.
L’étranger : « Informe-moi sur l’Heure (de la résurrection). »
« Celui qui est interrogé n’en sait pas plus sur elle que celui qui l’interroge », lui
répondit-il.
L’étranger : « Informe-moi sur ses signes précurseurs. »
« Quand la femme donnera naissance à sa propre maîtresse, et quand tu verras les vas-nu-pieds,
les déguenillés et les gueux, gardiens de bêtes, rivaliser dans l’élévation des
constructions. » Puis l’homme s’en alla.
Je restais un bon bout de temps sans rien demander sur cette affaire, puis l’Envoyé de Dieu –
sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- me dit : « Sais-tu qui est venu m’interroger ? »
Dieu et Son Envoyé le savent mieux que moi, lui dis-je.
« C’est l’Ange Gabriel. Il est venu vous apprendre votre religion.»

Hadith rapporté par An Nawawi (n°2)